Projet d’établissement

Le Collège du Sartay s’engage à éduquer et à former les jeunes qui lui sont confiés dans l’esprit de Jésus-Christ et selon les valeurs de l’Evangile.

Ses objectifs sont :

  • développer la personnalité du jeune tout entière dans ses dimensions intellectuelle, sociale, spirituelle, affective et physique.
  • aider les élèves à acquérir les aptitudes nécessaires pour s’intégrer dans la vie économique, sociale et professionnelle.
  • former des citoyens responsables et actifs.

Dans ce projet, chaque personne s’engage et attend la participation des autres, notamment,

  • des élèves, qu’ils soient acteurs de leur formation dans une démarche de recherche de sens qui aboutira au choix d’une orientation.
  • de l’équipe éducative, que chacun de ses membres s’investisse personnellement dans la relation éducative, prenne sa part dans le travail pédagogique collectif et s’engage dans une formation continue.
  • des parents, qu’ils soutiennent leur enfant dans son parcours scolaire, qu’ils adhèrent au projet du Collège du Sartay et appuient au quotidien les actions qu’il entreprend.
  • du Pouvoir Organisateur, qu’il soit garant de la mission du Collège, attentif à ses objectifs et à la mise en œuvre des moyens humains et matériels.

Les objectifs du Collège sont d’autant mieux réalisés que tous les acteurs de la communauté éducative, parents, enseignants et élèves, témoignent d’une réelle volonté de communication, de concertation et de transparence.

Le Collège Episcopal du Sartay est une école d’enseignement général, reconnue par l’Evêque de Liège et affiliée au réseau de l’Enseignement Catholique.  De ce fait, les cours de religion sont donnés à l’ensemble des élèves et une animation pastorale est proposée sous la forme de célébrations, de retraites et d’autres temps forts.

Le Collège veut proposer une formation juste, efficace et porteuse de sens où l’enseignement proprement dit, l’éducation et l’ouverture vers l’extérieur rencontrent la même attention.  Par conséquent :

  • les classes sont formées de la manière la plus équilibrée possible et sans discrimination d’options. Aux premier et deuxième degrés, un système de remédiation et d’accompagnement individualisé est organisé dans le but de permettre à un maximum d’élèves d’atteindre les objectifs.  Quand les circonstances l’imposent, l’équipe éducative, en concertation avec le centre PMS (Centre Pyscho-Médico-Social) aide les parents dans le suivi des études de leur enfant et dans son orientation.
  • en matière de pédagogie, l’accent est mis sur le développement des compétences sans négliger l’acquisition des savoirs indispensables. Progressivement, les élèves apprennent à apprendre et à chercher ; ils acquièrent de la sorte l’autonomie qui leur permettra de trouver leur place dans la société.
  • en matière d’éducation, le Collège privilégie les valeurs de respect, de rigueur intellectuelle, d’esprit critique et de civisme. Face aux situations difficiles, l’équipe éducative se mobilise et se concerte pour aider le jeune à trouver la solution la plus adéquate. Le Conseil des Elèves, qui réunit les délégués de classe, élus par leurs pairs, aborde un large éventail de préoccupations des jeunes et les prépare à devenir des citoyens responsables.
  • le Collège veille à équilibrer la formation intellectuelle et l’ouverture au monde. Face aux grands défis communs auxquels est confronté le monde contemporain, le Collège s’engage à aider l’élève à y trouver sa place.

Depuis l’année 2000, le Collège propose la possibilité de développer des compétences approfondies en néerlandais par le biais d’une formation en immersion partielle. En fin de parcours, les élèves concernés doivent avoir atteint un niveau qui leur permet de poursuivre des études supérieures en néerlandais.

Le Collège du Sartay a la chance de disposer d’une infrastructure et d’un site exceptionnels qui offrent un cadre propice à l’étude et à la formation des élèves. Conscient de ce privilège, il accorde une attention particulière à l’éducation au respect de l’environnement, au développement durable ainsi qu’à la solidarité.

Le Collège est ouvert à l’intégration d’élèves présentant un handicap.
Le Collège veille à ce que les frais scolaires ne constituent pas un obstacle à l’intégration.

Le Collège du Sartay se donne comme priorités :

  •  la collaboration avec l’école fondamentale afin de favoriser la meilleure transition possible.
  • la préparation à l’enseignement supérieur en mettant l’accent sur l’autonomie, l’esprit de synthèse, l’esprit critique ainsi que sur le dépassement de soi et le travail en équipe.
  • L’éducation au respect de soi, de l’autre et de l’environnement
  • la maîtrise de la langue française comme outil fondamental de communication

PROJET EDUCATIF – « MISSION DE L’ECOLE CHRÉTIENNE »

Ce que l’homme humanise, Dieu le divinise.

UNE HISTOIRE PARTICULIÈRE

Dans un régime de liberté d’enseignement, l’organisation des écoles s’enrichit de la pluralité des initiatives. C’est ainsi que, dans l’histoire de notre pays, l’Eglise catholique (diocèses, congrégations, paroisses, associations de chrétiens) a offert un service scolaire dans tous les niveaux et formes d’enseignement.

Selon les besoins du temps, les communautés chrétiennes ont pris de façons diverses leurs responsabilités dans l’éducation des jeunes et la formation des adultes.

UN NOUVEAU REGARD

Les écoles chrétiennes sont les héritières de cette attitude responsable et ne peuvent s’y dérober.

Aujourd’hui, les institutions chrétiennes sont transformées notamment par la reconnaissance de l’autonomie des réalités profanes et par la pluralité des convictions et des cultures qui s’y retrouvent. Ces transformations amènent les écoles à porter un regard nouveau sur leur identité et leurs options fondamentales.

UNITÉ DE LA FORMATION HUMAINE ET DE LA FORMATION CHRÉTIENNE

Au fondement de l’école chrétienne se trouve l’intuition que la formation de l’homme et l’éveil du chrétien à la foi forment une unité : ce qui élève l’un élève l’autre. Cette conviction fonde l’humanisme chrétien. Dans une confrontation permanente, la foi et les cultures s’interpellent et s’enrichissent mutuellement.

LE PROJET

Ce faisant, les communautés chrétiennes se mettent au service de la société et de la jeunesse d’une façon qui leur est propre, comme d’autres organismes publics ou privés le font à leur façon.

La perspective évangélique éclaire cette fonction sociale et lui donne une signification et une dimension nouvelles. Elle l’inscrit dans une histoire, celle des relations de l’homme avec Dieu. Pour elle, l’homme s’accomplit dans sa relation à Dieu. L’école chrétienne a donc la conviction qu’elle n’humanise en plénitude qu’en ouvrant à Dieu et au Christ.

La mission de l’école chrétienne est ainsi une vocation toujours à remplir.

AU SERVICE DE L’HOMME
L’école chrétienne éduque en enseignant …

UN SERVICE SOCIAL COMMUN À TOUTES LES ÉCOLES

L’école chrétienne, comme toute école, entend poursuivre les objectifs généraux du système éducatif.

FORMER LA PERSONNE

Elle se propose d’abord de développer la personnalité tout entière de l’élève. De la maternelle à l’université et quel que soit le type d’enseignement, elle éveille la personnalité de chacun aux dimensions de l’humanité, qu’elles soient corporelles, intellectuelles, affectives, sociales ou spirituelles. Elle le fait en mettant chacun en rapport avec les oeuvres de la culture : artistiques, littéraires, scientifiques et techniques.

L’école veut accueillir l’enfant tel qu’il est éduqué déjà dans la famille ; elle le considère dans sa singularité. Elle l’aide à accéder à l’autonomie et à l’exercice responsable de la liberté. Elle accorde un soutien privilégié à ceux qui en ont le plus besoin.

FORMER LE CITOYEN

L’école vise également à former le citoyen de sa région, de son pays, de l’Europe et du monde dans une société démocratique, fondée sur le respect des droits de l’homme. Pour que les élèves deviennent des acteurs de la vie sociale, soucieux de justice et de paix, l’école développe en son sein des pratiques démocratiques. De cette manière, elle les prépare à prendre part à la vie collective, dans ses dimensions associatives et politiques.

FORMER L’ACTEUR DE LA VIE ÉCONOMIQUE

L’école veut enfin assurer le développement des aptitudes nécessaires à l’insertion dans une vie économique et professionnelle au service de la personne et de la société. Elle ouvre ainsi la possibilité d’exercer une activité valorisante au sein du monde du travail.

Elle fait de ceux qui s’adressent à elle des acteurs responsables, efficaces et créatifs dans une vie économique en constante évolution.

… A LA LUMIÈRE DE L’ÉVANGILE
… L’école chrétienne évangélise en éduquant.

UNE TÂCHE COMMUNE À TOUTE LA COMMUNAUTÉ SCOLAIRE

Ces objectifs sont communs à toute la communauté scolaire. Chacun, selon sa responsabilité, concourt au même but. Il y apporte ses propres compétences et respecte les compétences des autres. Les élèves et étudiants sont les acteurs de leur propre formation. Avec l’aide de leurs éducateurs, ils construisent et formulent peu à peu leur projet personnel. Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants. L’école ne peut réussir toute sa tâche sans les parents, comme ils ne peuvent la réussir sans elle. Les organisateurs, héritiers des fondateurs de l’école, ont une responsabilité particulière du bien commun. Ils doivent rendre compte à la société de leur action et des moyens qui y sont affectés. Les directions animent le projet éducatif, pour qu’il se réalise dans leur école. A cette fin, elles en gèrent quotidiennement les ressources, tant humaines que matérielles.
Les membres du personnel d’enseignement et d’éducation, dans leurs tâches respectives, sont les professionnels de l’école. Ils apportent savoir et savoir-faire dans la maîtrise des apprentissages et dans la pratique quotidienne de la vie commune. Les membres du personnel administratif et ouvrier contribuent eux aussi au bien-être et à la bonne marche de l’établissement. Tous les membres de la communauté scolaire se rassemblent autour d’un objectif commun et se donnent les moyens d’évaluer les résultats de leur action. Leur tâche commune implique une volonté de communication, de concertation et de transparence.
Cette action, l’école chrétienne la met en œuvre comme toute institution scolaire.

SERVICE DE L’HOMME ET AMOUR DE DIEU

En créant et en soutenant des écoles, la communauté chrétienne assume sa part du service à la société. En travaillant au bonheur de l’homme et au bien de la société, elle travaille à l’avènement du Royaume de Dieu. L’amour de Dieu et l’amour du prochain y ont partie liée.
La relation pédagogique que l’école chrétienne met en œuvre trouve par là une dimension nouvelle : elle s’enracine et s’accomplit dans l’amour de Dieu, tel que Jésus nous l’a fait connaître.

EDUCATION AUX VALEURS

A ce titre, elle promeut dans sa démarche éducative des valeurs évangéliques qui sont aussi le bien commun de l’humanité, notamment : le respect de l’autre, la confiance dans les possibilités de chacun, le sens du pardon, le don de soi, la solidarité responsable, l’intériorité, la créativité. Elle se veut particulièrement attentive aux plus démunis.
Ces valeurs humaines, Jésus, suivi par ses témoins, les a assumées de façon radicale et leur a donné, jusqu’à travers sa mort et par sa résurrection, une force et un éclat particuliers.

INSPIRATION CHRÉTIENNE

L’école chrétienne a mission d’annoncer la Bonne Nouvelle du Christ. A cette fin, elle entretient vivante la mémoire de l’événement fondateur, toujours actuel : la vie, la passion, la Résurrection de Jésus-Christ. Elle en témoigne par ses actes. Cet événement est capable d’éclairer le sens que chacun chercher à donner à sa vie, personnelle et collective. L’école chrétienne trouve ainsi sa référence essentielle dans la personne de Jésus et dans les signes qu’en a gardés la tradition vivante de l’Eglise. Elle a donc la conviction qu’elle n’éduque pleinement qu’en évangélisant.
L’école chrétienne offre à chacun la liberté de construire sa propre identité en relation avec le Dieu de Jésus, de se sentir interpellé par la Bonne Nouvelle de l’Evangile.

LA TÂCHE AU CONCRET

Cette tâche s’effectue dans l’activité même d’enseigner, car là où se construisent les savoirs et les savoir-faire se forment l’esprit et le sens de la vie. Les valeurs humaines et évangéliques trouvent encore leur forme concrète dans l’organisation scolaire et dans la façon de vivre les relations entre les personnes.
La qualité du cours de religion contribue grandement à cette même fin, surtout s’il est soutenu par l’éducation de la famille et de la paroisse. Il questionne la vie, il est questionné par elle. Selon l’endroit du chemin où se trouve chacun, l’école chrétienne s’oblige en outre à offrir des lieux et des temps de ressourcement, de prière véritable, d’expérience spirituelle, de célébration et de partage où peut s’apprendre, avec les mots et les gestes, le sens de la foi.

OUVERTURE ET LIBERTÉ

L’école chrétienne accueille volontiers ceux qui se présentent à elle ; elle leur fait connaître son projet, pour qu’ils la choisissent en connaissance de cause : chrétiens et fidèles d’autres religions, croyants et non-croyants, chrétiens différents dans leur sentiment d’appartenance à la foi et à l’Eglise. Sans être nécessairement de la même communauté de foi, ils seront invités au moins à partager les valeurs qui inspirent l’action de l’école.
L’école chrétienne traite ceux qu’elle accueille dans le plus grand respect de leur liberté de conscience en s’interdisant toute manipulation ou violence morale.

CHACUN SELON SA SITUATION PROPRE

La mission d’Eglise de l’école, comme sa fonction sociale, est l’affaire de toute la communauté éducative. L’école chrétienne est une communauté de vie ; elle entretient des liens avec l’ensemble de la communauté chrétienne.
Les organisateurs sont les garants de cette mission, les directions la promeuvent, les familles en sont bien informées et sont invitées à la soutenir et à y participer.
Les membres du personnel de l’établissement collaborent loyalement au projet selon la tâche propre à chacun. Pour poursuivre ensemble une action cohérente, ils ont a cœur de faire vivre, dans leurs propos, leurs attitudes, leurs modes de relations, l’esprit qui anime ce projet. Si tous ne peuvent partager de l’intérieur les convictions qui l’inspirent, tous le respecteront et accepteront qu’il se développe. Chacun restera attentif aux questions et aux convictions d’autrui.
Une équipe pastorale animera le projet chrétien de l’école en veillant à garder vivante la mémoire chrétienne comme d’un événement toujours présent. Elle devra pouvoir compter sur la sympathie des collègues et le soutien actif de la direction.